Dossier d’œuvre architecture IA50001321 | Réalisé par ;
Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Cherbourg-Octeville
église paroissiale Saint-Clément actuellement église Saint-Clément
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Normandie - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Cherbourg-Octeville - Cherbourg
  • Commune Cherbourg-Octeville
  • Adresse rue du Val de Saire
  • Cadastre 2008 AD 7

La publication du décret napoléonien du 6 juin 1811, dont l'article 6 précisait qu'’une seconde église serait édifiée à Cherbourg, est à l'origine de la construction d'’un nouveau lieu de culte dans le quartier des Mielles, alors en pleine croissance. Les limites de la paroisse ne sont fixées qu’'en 1826, tandis que l'’emplacement de l’'église, face au Champ de Mars, n'est arrêté qu’'en 1846. Sa construction est initiée le 19 juin 1853 en présence des autorités religieuses, civiles et militaires. Les travaux, confiés à l'entreprise Teurtris, sont assez rapides, grâce à la simplicité du style architectural retenu par l’'architecte de la ville François-Dominique Geufroy. Placée initialement sous le patronage de saint Charles, la nouvelle église est finalement dédiée à Saint-Clément, en raison de la présence de nombreux marins dans ce quartier. Elle est consacrée le 5 octobre 1856 par Monseigneur Daniel. La première cloche est bénie par Monseigneur Bravard en 1864. Hormis les deux autels, provenant de l’'église Sainte-Trinité, acquis en 1865 et placés dans les bras est et ouest du transept, la plupart du mobilier est acheté par l'’abbé Germain, arrivé le 22 mars 1881. La décoration à fresque de l'’abside et de la lunette supérieure, consacrée au thème du Collège apostolique, est réalisée en 1935 par Charles Rocher de Gérigné (1890-1962), artiste originaire du Maine-et-Loire. Les vitraux actuels, bénis en 1953, sont l’'œuvre du maître-verrier Maumejean de Paris.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1856, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Geufroy François-Dominique
      Geufroy François-Dominique

      Né à Elbeuf-sur-Andelle (Seine-Maritime) le 3 octobre 1823, mort à Cherbourg (Manche) le 23 juillet 1874. Geufroy étudie l'architecture à l’École des beaux-arts de Paris. Nommé architecte municipal de Cherbourg en 1851, il est notamment l’auteur de l’hôpital Louis Pasteur, de l’église Saint-Clément, des flèches de l’église Notre-Dame du Vœu, du piédestal de la statue équestre de Napoléon et intervient sur la restauration de l’église de la Trinité. Chevalier de la Légion d’honneur en 1867, il réalise l’année suivante l’hôpital Saint-Léon de Bayonne (1864-1867).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte de la ville attribution par source
    • Auteur :
      Rocher de Gérigné Charles
      Rocher de Gérigné Charles

      Né le 15 juillet 1890 aux Rosiers-sur-Loire (Maine-et-Loire), décédé le 4 mars 1962 (Monaco). Auteur de la décoration de la salle des mariages à l'hôtel de ville de Coutances, des peintures sur plafond de la chapelle de la Miséricorde à Monaco (1953) ainsi que de la peinture monumentale Le collège apostolique dans l'église Saint-Clément de Cherbourg (1935)

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      peintre attribution par source
    • Auteur : maître verrier attribution par source
    • Auteur : entrepreneur attribution par source

Construite sur un plan en croix latine, l’'église, dont le chevet est orienté au nord, comprend une nef, divisée en cinq travées, un transept saillant, et un choeur rectangulaire, doté d’'une abside semi-circulaire placée dans l’'axe. La façade principale au sud est précédée par un portique d’'ordre toscan et surmontée par un clocher de forme carrée. Bâtie entièrement en appareillage mixte, associant la pierre en façade et la brique pour les parties annexes (bas-côtés, transept, choeur et abside), l’'église se caractérise par sa très grande sobriété. La décoration se concentre sur la façade principale dont le rez-de-chaussée est orné d’'un bossage en table alternant avec des niches, tandis que les étages supérieurs sont rythmés par des pilastres composites. A l'’intérieur, la nef, les bras du transept et le sanctuaire, recouverts d’'une voûte en berceau, sont bordés par des arcades monumentales reposant sur des piliers quadrangulaires. La croisée du transept est coiffée d’'une coupole à caissons et l’'abside est surmontée par une voûte en cul-de-four.

  • Murs
    • calcaire
    • brique
    • maçonnerie
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan en croix latine
  • Étages
    3 vaisseaux, 2 étages carrés
  • Couvrements
    • coupole
    • voûte en berceau
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à deux pans
    • dôme circulaire
    • toit à un pan
    • toit bombé
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier en équerre en charpente
    • escalier intérieur : escalier en vis en maçonnerie
  • Techniques
    • peinture
  • Représentations
    • ornement végétal
    • ornement géométrique
    • symbole chrétien
    • colombe du Saint-Esprit
  • Précision représentations

    L'abside possède un décor à fresque représentant le collège des douze apôtres. Les écoinçons sont ornés de deux écussons aux armes du pape saint Clément, pape protecteur des marins. Deux anges portant des guirlandes recouvrent le registre supérieur.

  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler

Pur produit de l'éclectisme établi par la tradition historiciste du milieu du XIXe siècle, l'architecture de l'église est le fruit d'un compromis entre le temple antique pour la façade et la basilique palladienne pour l'aménagement de l'espace intérieur. Elle appartient à une lignée d'édifices construits à Paris dans les années 1830 comme Notre-Dame de Lorette d'Hippolyte Le Bas (1823-1836), ou Saint-Vincent de Paul de Jacques Ignace Hittorff (1830-1846), fortement inspirés par l'archéologie antique et l'architecture de la Renaissance.

Date d'enquête 2006 ; Date(s) de rédaction 2006
(c) Région Normandie - Inventaire général
Allavena Stéphane
Allavena Stéphane

Chercheur (Conservateur du patrimoine) à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie de 2005 à 2012, en charge de l'étude sur la ville de Cherbourg-Octeville (Manche).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.