Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • église de jésuites, puis Ecole centrale du département, puis bibliothèque municipale d'Alençon, actuellement médiathèque Aveline
    église de jésuites, puis Ecole centrale du département, puis bibliothèque municipale d'Alençon, actuellement médiathèque Aveline Alençon - Cour Carrée de la Dentelle - en ville - Cadastre : 2020 AH 123, 560
    Titre courant :
    église de jésuites, puis Ecole centrale du département, puis bibliothèque municipale d'Alençon
    Description :
    armes de la ville d’Alençon (d’azur à un aigle à deux têtes d’or) et des initiales de la compagnie de ) que l’on découvre en empruntant l’escalier, proviennent de l’ancien couvent des capucins d’Alençon
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle bibliothèque d'Alençon
    Illustration :
    Alençon). IVR25_20056100046XAB Bibliothèque : construction d'annexes.- Plan du 1er étage, 8 avril 1897. (AC Alençon Bibliothèque : construction d'annexes.- Plan, coupe et élévation, 22 mai 1897. (AC Alençon Vantaux de la porte de l'ancienne façade orientale avec les armes de la ville d'Alençon Détail des vantaux de la porte de l'ancienne façade orientale avec les armes de la ville d'Alençon d'Alençon et de Navarre (1492-1549). IVR25_20056100132NUCA Mettayer, 1586".(BM Alençon). IVR25_20056100028XA Vue d'une page du manuscrit "SAINT AMALAIRE. De officiis ecclesiasticis. XIIe siècle". (BM Alençon Jérôme Lenz, 1737-1745. (BM Alençon). IVR25_20056100170XAB . Ratisbonne, chez Jérôme Lenz, 1737-1745. (BM Alençon). IVR25_20056100023XAB
    Canton :
    Alençon
    Texte libre :
    La bibliothèque d’Alençon a ouvert ses portes en 1803 dans l'église du collège des jésuites. A Beaux-arts et de la dentelle (1981), la médiathèque (1983), l’atelier national du point d’Alençon (1987
    Historique :
    Alençon. Les religieux s'installent dans la cité trois ans plus tard, où ils ouvrent trois classes de , le roi fait don aux jésuites du petit parc de l'ancien château ds ducs d'Alençon, où ils pourront , duchesse d'Alençon, quatrième fille de Gaston d'Orléans. Le gros oeuvre est achevé en 1686 mais les travaux
    Localisation :
    Alençon - Cour Carrée de la Dentelle - en ville - Cadastre : 2020 AH 123, 560
    Référence documentaire :
    d'Alençon - Orne. Cabourg : Les cahiers du Temps, 2006. (Itinéraires du patrimoine ; n° 289). COUVRAT, Nathalie. Richesses de la bibliothèque d’Alençon, exposition, Alençon, 1998. DESMEULLES, Paule. Le collège des jésuites à Alençon. Thèse de doctorat, Paris, 1933. OMONT, Henri. Catalogue des manuscrits de la bibliothèque d'Alençon, 1887. RICHARD, Edmond. Catalogue de la bibliothèque de la ville d’Alençon, 1904-1905. A. Poulet-Malassis. Catalogue de l'exposition organisée à la bibliothèque municipale d'Alençon pour le centième anniversaire de l'édition des Fleurs du Mal, Alençon, octobre 1957. BESNARD, Félix, DUVAL, Frédéric. Les boiseries de la bibliothèque d’Alençon. Bulletin de la Société DESFORGES, Jean-David. L'église Saint-Joseph des jésuites d'Alençon. Société historique et
    Aires d'études :
    Alençon
  • hôtel particulier dit hôtel de Guise, puis préfecture et hôtel de département, actuellement préfecture
    hôtel particulier dit hôtel de Guise, puis préfecture et hôtel de département, actuellement préfecture Alençon - 39 rue Saint-Blaise - en ville - Cadastre : 2020 AI 532
    Illustration :
    Plan général de l'hôtel de la Préfecture de l'Orne (ci-devant Intendance d'Alençon).- Gravure Vue cavalière d'Alençon au milieu du 19e siècle (détail).- Panche 18, lithographie de L.A
    Canton :
    Alençon
    Texte libre :
    ensemble dans le paysage architectural d’Alençon contribua de tout temps à attiser les convoitises et Mieuxcé, receveur des tailles en l’élection d’Alençon, maître de forges, engage dans les années 1630 la qu’aux 16e et 17e siècles Alençon était un foyer artistique important et que, par leurs activités de duché d’Alençon. Frappée successivement par la mort de son époux en 1671, puis celle de son fils en 1675 , elle décide de s’éloigner de la cour et entre solennellement dans la ville d’Alençon le 11 septembre d’Alençon lègue sa résidence et son mobilier à l’Hôtel-Dieu. A son décès, en 1696, une difficile et longue d’Alençon en mai 1636, la cité ducale accueillait des intendants envoyés et commissionnés par le roi pour se intendants d’Alençon comptait parmi les plus fameuses. Aussi, lorsque se posa la question de trouver un lieu pour établir l’administration du département de l’Orne, le Conseil municipal d’Alençon répondit d’une
    Historique :
    Besnardière et de Mieuxcé, receveur des tailles en l'élection d'Alençon, maître de la forge de la Roche d'Alençon. Installée dans la cité en 1676, elle use de son droit de retrait féodal pour exproprier les duchesse d'Alençon à la Couronne. L'hôtel de Guise est dès lors affecté aux intendants de la généralité d'Alençon. Le dernier d'entre eux, Antoine Jean Baptiste Alexandre Jullien (1709-1794), s'y installe en 1766 Cessart (1719-1806), ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de la généralité d'Alençon. Un corps de
    Localisation :
    Alençon - 39 rue Saint-Blaise - en ville - Cadastre : 2020 AI 532
    Référence documentaire :
    DARGAUD, Marius. Les hôtels particuliers d'Alençon. 1978. (texte dactylographié consultable aux général de l'Orne, Alençon. Inventaire général, ADAGP, 2000. 24 p. (Itinéraires du patrimoine, n°232). JOUANNE, René. L'hôtel de Guise à Alençon. In Congrès archéologique de France, CXIème session, 1953 Notice 53, p. 121 à 124 : La préfecture d'Alençon. SOULANGE-BODIN, Henry. Les châteaux de Normandie GOURHAND, Jean, DARGAUD, Marius. La préfecture de l'Orne : hôtel de Guise (Alençon 1630). Courrier TOURNOUER, Henri. Elisabeth d'Orléans, duchesse de Guise et d'Alençon. Bulletin de la Société
    Aires d'études :
    Alençon
1