Logo ={0} - Retour à l'accueil

présentation de la commune de Réveillon

Dossier IA61001110 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Cadre de l'étude

L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Réveillon a été réalisé en 2012. Cette étude a pour finalité d´identifier, de localiser et de documenter les éléments appartenant au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les limites chronologiques sont fixées entre l´an 400 après J. C., et le milieu du 20e siècle. Ce cadre exclut le domaine de la fouille archéologique mais n´écarte pas des formes d´architecture en élévation exceptionnelles, comme, par exemple, les mégalithes ou les oeuvres originales d´architectes contemporains. Par ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la mesure où il donne des renseignements sur le bâti. L´inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1950. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou thématique (dossier collectif), au particulier. Les édifices uniques ou au contraire représentatifs, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traités dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond un dossier. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (fermes, maisons), il a été procédé à une sélection raisonnée d'unités à étudier, les caractères communs à chaque famille étant restitués dans le dossier collectif.

Parmi les 134 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 16 sont sélectionnés et font l'objet de 15 dossiers individuels (un dossier « ensemble » comprenant la maison de maître et la ferme de la Beaudronnière). 181 illustrations et 22 références documentaires (dont 10 documents d'archives) accompagnent les dossiers.

Historique

Le territoire communal est occupé au moins depuis l'époque médiévale. En 1144, Guillaume de Réveillon, à l'instar de Rotrou III, cinquième comte du Perche, donne à la léproserie de Chartrage de Mortagne et à la calende du Corbonnais une rente de 12 sols. Mis à part le portail roman remployé dans l'église paroissiale, aucun vestige de cet époque ne subsiste.

Eglise paroissiale Saint-Martin.Eglise paroissiale Saint-Martin.

A la fin de l'époque médiévale et à la Renaissance, Réveillon est sous l'emprise de plusieurs domaines seigneuriaux. Au Bourg, un probable château féodal fait place à un château reconstruit au début du 18e siècle pour René de Rouër, chevalier, marquis de Villeray (et démoli dans les années 1960).

Château de Réveillon, vue d'ensemble avec le portail, détruit dans les années 1960.- Carte postale, collection Heeschenbrouck à Réveillon, 1er quart 20e siècle. (Collection particulière Alain Rivière).Château de Réveillon, vue d'ensemble avec le portail, détruit dans les années 1960.- Carte postale, collection Heeschenbrouck à Réveillon, 1er quart 20e siècle. (Collection particulière Alain Rivière).

Le domaine de la Beaudronnière - dont l'influence s'étend sur de nombreuses fermes à Réveillon, Saint-Denis-sur-Huisne et Saint-Langis-lès-Mortagne - conserve de très importants vestiges dont une maison de maître et l'ancienne métairie noble. Aux Rosiers, un manoir, caractéristique de l'architecture seigneuriale du début du 16e siècle, compte parmi les réalisations marquantes de cette époque dans le Perche. D'autres lieux nobles sont attestés notamment à l'Espinay et à la Grande Maison dont aucun vestige ne subsiste.

Manoir des Rosiers.Manoir des Rosiers.

Au 17e siècle, de nombreux réveillonnais émigrent au Canada. C'est le cas notamment de Toussaint Giroux, natif du Bignon (il est l'ancêtre de la plupart des familles Giroux du district de Québec).

De nombreuses activités font vivre le territoire. L'agriculture, avec l'élevage de bestiaux et la culture de céréales, occupe une bonne part de la population - en témoignent la dimension des fermes et la spécialisation dans l'élevage de chevaux percherons de certaines fermes. L'activité de tisseranderie - qui concerne un secteur plus vaste que celui de la commune, les alentours de Mortagne-au-Perche - n'a laissé aucune trace dans l'architecture locale. Deux moulins à blé, dits de Réveillon et du Pont-d'Huisne, étaient présents sur le territoire communal.

En 1866, la commune compte 791 habitants.

Description

Située dans la partie nord-ouest du Parc naturel régional du Perche, la commune de Réveillon (canton de Mortagne-au-Perche, communauté de communes du Bassin de Mortagne) couvre une superficie de 1166 hectares et comptait, au dernier recensement de 2009, 363 habitants. Le plateau sur lequel elle se situe, anciennement exploité en bocage, a été largement remembré et est occupé quasi exclusivement par des champs cultivés. L'Huisne sillonne la partie sud de la commune, et le ruisseau de Prulay, un de ses affluents, marque la limite ouest. L'habitat est dispersé en une cinquantaine de lieux-dits : le bourg, six hameaux (la Basse Pelleterie, les Etilleuls, les Feugerets, la Grande Maison, la Maricottière et la Perrotière) et une quarantaine de fermes isolées, petits hameaux et moulins. De nombreuses fermes ont changé de destination et ont été converties en maisons.

Plusieurs fermes (au bourg, à la Basse Pelleterie, à la Bretonnière, à la Haute Pelleterie), la maison de maître et la métairie noble de la Beaudronnière, le manoir des Rosiers ainsi que quelques édifices du bourg (notamment l'église paroissiale Saint-Martin, la mairie-école et le presbytère) demeurent des sites patrimoniaux importants à l'échelle communale et supra-communale.

Aires d'étudesParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Réveillon

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Orne. 1 G 1079. Procès verbal de visite et inventaire de l'église paroissiale (1701-1704).

  • AD Orne. 1 G 1079. Fondation de la chapelle de la Baudronnière et procès verbaux (1670-1758).

  • AD Orne. O 677. Ecole de filles (1906-1907).

  • AD Orne. O 677. Ecole de garçons (1879-1885).

  • AD Orne. O 677. Eglise paroissiale : devis et délibérations du conseil municipal (1879-1933).

  • AD Orne. O 677. Généralités (1850-1880).

  • AD Orne. O 677. Presbytère : devis et délibération du conseil municipal (1869-1920).

  • AD Orne. 3 P 2-348/1 à 3 P 2-348/6. Plans cadastraux de 1830.

  • AD Orne. 3 P 5-348/4. Section C du cadastre de 1830.

  • AD Orne. 3 P 3-348/1 à 3 P 3-348/5. Matrices cadastrales.

Bibliographie
  • AUBERT, J. (abbé). Les églises de l'Orne et leurs oeuvres d'art. Lyon : Presses de Lescuyer, 1977.

    p. 198
  • BART des BOULAIS. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër, Mortagne, Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894 (fac-similé de l'édition de Mortagne, 1613).

    p. 35 ; 53 ; 146 ; 154 ; 166-167
  • DE CALAN, Laurence. Presbytère du Perche. Fédération des Amis du Perche, Bellême : Imprimerie Bellêmoise, 2012 (collection "Présence du Perche").

    p. 126-128
  • DESVAUX-MARTEVILLE, Elisabeth. Manoirs du Perche. Art de Basse-Normandie. n° 67, Caen, 1975, 44 p.

    p. 34
  • FISCHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.

  • GAUTIER, Nicolas. FAUCON, Régis. Les manoirs du Perche. Paris : Acanthe, 2006, 223 p.

    p. 162-163
  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993 (fac-similé de l'édition de Mortagne : Daupeley frères, 1866).

    p. 395-396
  • SIGURET, Philippe. Les manoirs du Perche, les amis du Perche. Fédération des Amis du Perche, Meaucé : Arts Graphique du Perche, 1991 (collection "Présence du Perche"), 176 p.

    p. 44-45
  • SIGURET, Philippe, LEBOUCHER. Mortagne-au-Perche et ses environs. Cahiers percherons. n°3, 1957.

    p. 32-33
  • SIGURET, Philippe. Trésors des églises du canton de Mortagne. Cahiers percherons. n°23, 1964.

    p. 25-26

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.