Logo ={0} - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Loisail

Dossier IA61001092 réalisé en 2012

Fiche

Cadre de l'étude

L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Loisail a été réalisé en 2012.

Cette étude a pour finalité d´identifier, de localiser et de documenter les éléments appartenant au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les limites chronologiques sont fixées entre l´an 400 après J. C., et le milieu du 20e siècle. Ce cadre exclut le domaine de la fouille archéologique mais n´écarte pas des formes d´architecture en élévation exceptionnelles, comme, par exemple, les mégalithes ou les oeuvres originales d´architectes contemporains. Par ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la mesure où il donne des renseignements sur le bâti. L´inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1950. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou thématique (dossier collectif), au particulier. Les édifices uniques ou au contraire représentatifs, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traités dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond un dossier. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (fermes, maisons), il a été procédé à une sélection raisonnée d'unités à étudier, les caractères communs à chaque famille étant restitués dans le dossier collectif.

Parmi les 49 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 14 sont sélectionnés et font l'objet d'un dossier individuel. 190 illustrations et 23 références documentaires (dont neuf documents d'archives) accompagnent les dossiers.

Historique

Le territoire communal est occupé au moins depuis l'époque médiévale. En 1144, Payen, seigneur de Loisail, figure au nombre des bienfaiteurs de la léproserie de Chartrage de Mortagne comme donateur d'une rente d'un setier de froment sur sa dîme de Loisail. Rarissime, un témoignage de cette époque est toujours en élévation au Bourg (maison dite la Prison ou l'Audience ou Maison Romane).

Maison du bourg dite Maison du bourg dite "Maison Romane".

A la fin de l'époque médiévale et à la Renaissance, Loisail est sous l'emprise de plusieurs domaines seigneuriaux. Au Bourg, un probable château féodal est détruit au profit d'un manoir construit pour la famille de la Vove. A la Houlbaudière, la construction d'une métairie noble est à mettre à l'actif de Guillaume Catinat. D'autres lieux nobles sont attestés, notamment à Champaillaume (famille de la Martellière en 1550), à la Forgetterie (ancien manoir devenu une ferme lors de la construction du château sur le territoire de Mortagne-au-Perche) et à la Louverie (famille de Samé en 1674).

Manoir de Loisail vu depuis le clocher de l'église.Manoir de Loisail vu depuis le clocher de l'église. A l'époque contemporaine, l'agriculture, avec l'élevage de bestiaux et la culture de céréales, occupe une bonne part de la population. Au nord de la commune, à proximité du Bas Champaillaume, le sous-sol, constitué de marnières, est exploité en de multiples carrières de pierre de taille de calcaire.

Détail de mise en oeuvre du calcaire au Bourg.Détail de mise en oeuvre du calcaire au Bourg.

D'après Pitard, Loisail aurait porté, à l'origine, le nom de Croisette. qui ferait référence à l'activité de tisseranderie assez importante dans ce secteur dès l'époque moderne. Si aucun vestige ne subsiste de nos jours, plusieurs fermes (notamment la Houlbaudière, la Louverie) disposent de lieux frais et humides qui s'apparentent à des laiteries voûtées aménagée contre la façade postérieure de la ferme à l'arrière du logis et qui auraient pu accueillir un métier à tisser.

Les deux moulins attestés, Boivin et Radray, sont toujours en élévation. En activité jusqu'à 1950, ils servaient à moudre les céréales.

En 1866, la commune compte 475 habitants.

Vue du bourg depuis l'ouest.- Carte postale ancienne, 3e quart 20e siècle.Vue du bourg depuis l'ouest.- Carte postale ancienne, 3e quart 20e siècle.

Description

Située dans la partie nord-ouest du Parc naturel régional du Perche, la commune de Loisail (canton de Mortagne-au-Perche, Communauté de communes du Bassin de Mortagne) couvre une superficie de 516 hectares et comptait, au dernier recensement de l'INSEE de 2009, 130 habitants. Le plateau sur lequel elle se situe, anciennement exploité en bocage, est occupé quasi exclusivement par des champs cultivés. Le ruisseau de la Chippe, un affluent de l'Huisne, le sillonne du nord-ouest au sud-est. Le recensement de 2009 dénombre 56 constructions dont 34 bâties avant 1948. L'habitat est dispersé en une vingtaine de lieux-dits : le bourg, trois petits hameaux (le Boulay, le Chesnay et le Grand Chemin), 16 fermes isolées et deux moulins. De nombreuses fermes ont changé de destination et ont été converties en maisons.

Plusieurs fermes (le Chesnay, la Houlbaudière, la Louverie, les Trois Boisseaux), le moulin de Radray, la maison de maître de Champaillaume et le Bourg - probablement l'un des plus intéressants de tout le territoire du Perche (maison romane, église paroissiale, manoir) demeurent des sites patrimoniaux importants à l'échelle communale et supra-communale.

Aires d'étudesParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Loisail

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Orne. E dépôt 207/32. Travaux de réparation effectués sur l'église et le presbytère (1822-1823).

  • AD Orne. E dépôt 207/34. Travaux effectués sur le presbytère (1857-1865).

  • AD Orne. E dépôt 207/35. Maison d'école (1820-1852).

  • AD Orne. 1 G 1066. Eglise : correspondance entre le curé et l'évêque, inventaire des titres de la fabrique, inventaire du mobilier de l'église (1698-1779).

  • AD Orne. O 617. Ecole : délibérations du conseil municipal, correspondance (1853-1884).

  • AD Orne. O 617. Eglise : devis, délibération du conseil municipal (1905-1920).

  • AD Orne. 3 P 2-229/1 à 3 P 2-229/4. Plans cadastraux (M. Kersaint, préfet ; M. Farraude de la Chapenterie, maire ; M. Bois, directeur des contributions ; M. Lapeyrère, ingénieur vérificateur ; M. Morin, géomètre du cadastre, 1830).

  • AD Orne. 3 P 3-229/1 à 3 P 3-229/5. Matrices cadastrales.

  • AD Orne. S 1023. Règlement d'eau de la rivière de la Chippe (1894).

Bibliographie
  • AUBERT, J. (abbé). Les églises de l'Orne et leurs oeuvres d'art. Lyon : Presses de Lescuyer, 1977.

    p. 162
  • BART des BOULAIS. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër, Mortagne, Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894 (fac-similé de l'édition de Mortagne, 1613).

    p. 130-135, p. 144-145, p. 154.
  • CHOUET, Ghislaine, JOUSSELIN, Bruno. Catinat - Histoire d'une famille - Perche Normandie Touraine Île-de-France. Les amis du Perche. Saint-Hilaire-le-Châtel : Imprimerie de Montligeon, 2010

    p. 48-49, p. 61, p. 96-105, p. 162-163
  • DESVAUX-MARTEVILLE, Elisabeth. Manoirs du Perche. Art de Basse-Normandie. n° 67, Caen, 1975, 44 p.

    p. 28
  • DESVAUX, Albert (abbé). A travers le Corbonnais et le Perche chartrain. Société Historique et Archéologique de l'Orne, 1905, t. XXIV.

    p. 28-32
  • FISCHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.

  • GAUTIER, Nicolas. FAUCON, Régis. Les manoirs du Perche. Paris : Acanthe, 2006, 223 p.

    p. 114-115
  • LA SICOTIERE, Léon (de) ; POULET-MALASSIS, Auguste. Le département de l'Orne archéologique et pittoresque. L´Aigle : J.-F. Beuzelin, Libraire-éditeur, 1845.

    p. 251
  • La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs. Orne, 2e partie. Le Havre : Lemale et Cie, 1897.

    p. 23-24
  • OUVRAGE COLLECTIF. Les siècles romans en Basse-Normandie. Art de Basse-Normandie. n°92, Caen : Imprimerie Lafond, 1er trimestre 1985.

    p. 152
  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993 (fac-similé de l'édition de Mortagne : Daupeley frères, 1866), .

    p. 244-245
  • SIGURET, Philippe. Trésors des églises du canton de Mortagne. Cahiers percherons. n°23, 1964.

    p. 17-18
Périodiques
  • SCHORP, Gérard. Deux églises de campagne au 17e siècle en Normandie : Loisail et Courgeon. dans Patrimoine Normand. Editions Spart.

    p. 46-49
  • SIGURET, Philippe, LEBOUCHER. Mortagne-au-Perche et ses environs. Cahiers percherons. n°3, 1957.

    p. 30-31

Liens web

(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.