Logo ={0} - Retour à l'accueil

presbytère

Dossier IA61001440 réalisé en 2015

Fiche

Destinationsmaison
Dénominationspresbytère
Aire d'étude et cantonParc naturel régional du Perche
AdresseCommune : Saint-Mard-de-Réno
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1830 D 402 - 407 ; 2015 AB 120 - 124

Le presbytère pourrait remonter au plus tard 15e siècle comme le montrent plusieurs ouvertures en plein cintre et en arc brisé au niveau de l'étage de soubassement ainsi que la cave voûtée et les contreforts d'angle au sud-ouest de l'aile sud. Le bâtiment a probablement été réaménagé au 18e siècle (agrandissement d'ouvertures et nouveaux percements notamment en façade sud de l'aile sud, reconstruction de la cheminée de l'aile nord et de la charpente du bâtiment). D'autres transformations apparaissent postérieures : lucarne de la première moitié 19e siècle, deux cheminées de l'aile sud (fin du 19e siècle ou début du 20e siècle). En 1880, l'agent-voyer Vivier dresse un devis estimatif pour la reconstruction d'un puits et des murs de soutènement séparant l'ancien cimetière du jardin du presbytère. Les travaux sont réalisés en 1882 par M. Huguet, maître maçon à Saint-Mard.

Placées à l'ouest du bâtiment d'habitation, les dépendances agricoles semblent remonter au 18e ou au 19e siècle.

La municipalité reste propriétaire du bâtiment jusqu'au début 21e siècle date à laquelle elle le vend à un privé.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Vivier Hector-Octave
Vivier Hector-Octave

Agent voyer du canton de Mortagne-au-Perche au tournant du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agent voyer attribution par source
Auteur : Huguet maître maçon attribution par source

Situé au sud de l'église paroissiale Saint-Médard, le presbytère adopte un plan en "L". Adaptée à la déclivité du terrain, l'aile sud dispose d'un étage de soubassement uniquement accessible côté sud par une porte chanfreiné en arc légèrement brisé et une seconde porte (modifiée dans sa forme comme l'indique le montant senestre). La structure du bâtiment est renforcée par deux contreforts plats à l'angle sud-ouest de l'aile sud. L'étage de soubassement ouvre sur une sur cave voûtée via une porte en plein cintre à large feuillure (traces de gonds encore présentes). Côté sud, un escalier extérieur à double volée permet d'accéder au rez-de-chaussée surélevé (étage habitable) qui conserve deux petites cheminées en pierre de taille de calcaire. L'accès à l'aile nord se fait par une porte au linteau légèrement cintré. Le comble à surcroît aménagé est desservi par un escalier tournant en bois. La salle principale (cuisine) conserve une cheminée dont la partie basse a été transformée (corbeaux en doucine cachés par des piédroits modernes en brique) et masquée par un coffrage en bois. Le manteau en pierre de taille de calcaire est surmonté d'une corniche moulurée qui ne coïncide pas au chevêtre (signe d'une transformation tardive). La pièce a conservé son potager aménagé sous la fenêtre. Le comble était initialement éclairé par une seule lucarne en fronton-pignon (piédroits à pilastre, entablement et fronton triangulaire mouluré). D'autres lucarnes pendantes couvertes d'un toit à pan unique semblent avoir été érigées postérieurement puis des tabatières à l'époque moderne ont été rajoutées afin de d'éclairer le comble à surcroît qui a été aménagé pour être habitable.

L'ensemble, clos de murs, est accessible par un portail formé de deux piliers de section carrée surmontés de croix latine en pierre.

Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements d'ouvertures, les chaînages d'angle et les contreforts sont en pierre de taille de calcaire à l'exception des parties basses des chaînes d'angle et des portes en pierre de taille de roussard (grès ferrugineux). Les toits à longs pans et à croupes sont couverts en tuile plate.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant
escalier de distribution extérieur : escalier symétrique
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionparc naturel régional

Annexes

  • Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Saint-Mard-de-Réno du 11 novembre 1875.

    [...] M. le Maire Président expose au Conseil que les piliers extérieurs de l'église (contreforts ?) du côté du vieux cimetière menacent de s'écrouler et d'entrainer avec eux le mur qu'ils servent à appuyer.

    Que la grande porte de l'église est totalement usée.

    Que l'escalier de la tour est à refaire en entier.

    Que la charpente du clocher est en partie pourrie et n'est plus en état de supporter la charge de la cloche.

    Que d'ailleurs cette charpente penche d'un côté et qu'il serait désirable de pouvoir exhausser la tour en forme de flèche au lieu de lui laisser la forme écrasée qu'elle a actuellement.

    Que le pavé du sanctuaire est à renouveler.

    Que les marches de l'autel qui sont en pierres détériorées ont besoin d'être revêtues en bois de chêne.

    que les bancs que servent de sièges aux fidèles sont disloqués pour la plupart et doivent être renouvelés ou du moins réparés à grands frais.

    Qu'il est nécessaire de donner un nouvel enduit à l'intérieur de l'église et de la blanchir ensuite.

    Que toutes les peintures de la voûte et des autels sont à refaire.

    Que le presbytère lui aussi a besoin de grosses réparations.

    Qu'il faudra ouvrir une fenêtre dans l'office : celle qui existe actuellement étant bien insuffisante.

    Que toutes les peintures, les tapisseries doivent être renouvelées.

    Que le mur qui sépare le vieux cimetière de la cour du presbytère menace ruine ainsi que les murs du nouveau cimetière qui sont déjà écroulés sur une grande longueur.

    Qu'il est donc de la dernière importance de trouver les moyens de faire toutes ces réparations le plus tôt possible. [...]

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Orne. E dépôt 201/50. Église paroissiale (1844-1884).

  • AD Orne. E dépôt 201/51. Presbytère et cimetière (1842-1886).

  • AD Orne. O 705-706. Église paroissiale (1890-1920).

  • AD Orne. 3 P 2-418/1 à 3 P 2-418/7. Plans cadastraux de 1830.

Bibliographie
  • DE CALAN, Laurence. Presbytère du Perche. Fédération des Amis du Perche, Bellême : Imprimerie Bellêmoise, 2012 (collection "Présence du Perche").

    p. 144-147
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.