Logo ={0} - Retour à l'accueil

église paroissiale Saint-Projet-Saint-Hubert

Dossier IA61001419 inclus dans le bourg de Villiers-sous-Mortagne réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

  • verrière allégorique de la guerre de 1914-1918 : La France soutenant un soldat mourant
Vocablessaint-Projet, saint-Hubert
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonParc naturel régional du Perche - Mortagne-au-Perche
AdresseCommune : Villiers-sous-Mortagne
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1830 B 10 ; 2015 OB 305
Précisions

Donnée en 1099 au prieuré de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, l'église paroissiale Saint-Projet-Saint-Hubert a probablement été reconstruite aussitôt, au début du 12e siècle comme le montrent les vestiges du portail roman à décor en dent de scie. De cette époque remontent une partie de la nef dont témoigne une baie romane au sud-ouest, rendue visible par l'érosion de l'enduit. L'édifice est profondément transformé au 17e siècle : agrandissement de la nef à l'est, construction des chapelles nord et sud formant transept, réfection de la charpente, adjonction d'un corps de bâtiment à l'ouest à usage de chapitrel, le clocher et la sacristie (datée 1634). D'importants travaux de restauration sont programmés à la fin du 19e siècle : réfection des ouvertures de la nef et du chœur (harmonisation des baies à remplage gothique flamboyant suivant les plans de 1894 de l'architecte d'Argentan C. Corbin), du dallage (réalisé par les ateliers Simons du Cateau-Cambrésis au premier quart du 20e siècle), des peintures et enduits intérieurs, de la fausse voûte enduite (achevée en 1887), réparation de la couverture en 1897 par Jules Charpentier, entrepreneur en couverture. En 1926, M. Fromentin, architecte voyer, dresse le devis de restauration du clocher. Les travaux sont exécutés la même année par Marcel Deschamps, entrepreneur en couverture à Mortagne-au-Perche.

Le tombeau monumental de la famille Troussel, propriétaire dès 1849 de la demeure de Moulisseuvre, se situe au sud-est de l'église, dans le cimetière qui l'entoure. Réalisé par les ateliers du granitier Émile Mallet d'Alençon, il pourrait dater du premier quart du 20e siècle.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 17e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates1634, porte la date
Auteur(s)Auteur : Fromentin architecte voyer attribution par source
Auteur : Charpentier Jules entrepreneur de charpenterie attribution par source
Auteur : Deschamps Marcel entrepreneur de charpenterie attribution par source

Placée sous le vocable principal de saint Projet (saint Préject, évêque de Clermont mort vers 674) et secondairement sous celui de saint Hubert (confrérie sous l'invocation de saint Hubert créée en 1614), l'église paroissiale possède un plan en croix latine. L'édifice comprend une nef précédée d'un chapitrel - avant-corps servant de lieu de réunion aux fabriciens -, deux chapelles formant bras de transept, un chœur et une sacristie. L'accès à l'église se fait par le pignon ouest du chapitrel percé d'une porte en anse de panier dont l'encadrement comprend des vestiges de l'ancien portail roman (sculpture en dent de scie). En partie supérieure de ce même pignon sont remployées trois statues du 15e siècle placées dans des niches : l'une représentant saint Hubert et son cerf, l'autre saint Projet en évêque et la dernière un cerf passant entre les arbres. La plaque funéraire de Monseigneur Jean de Létang, curé de la paroisse décédé en 1777, a été également remployée dans le pignon ouest. Trois œils-de-bœuf éclairent le chapitrel, deux ovales et le troisième en plein cintre. La nef est éclairée par six ouvertures : une fenêtre quadrangulaire et deux baies en arc brisé à remplage flamboyant côté nord et côté sud. Une porte à encadrement chanfreiné donne accès au sud de la nef. Les chapelles sont également éclairées par une baie gothique chacune. Quant au chœur, trois baies gothiques l'éclairent de chaque côté. De plan trapézoïdale, la sacristie se situe à l'extérieure du chœur. Une porte en plein cintre moulurée permet son accès de l'extérieur au nord-ouest. À l'intérieur, une litre seigneuriale aux armoiries des familles Cébert et Périer (seigneurs de la Galardière) bienfaitrices de la paroisse, orne les murs de la nef. Le chœur est en partie meublé de quatre stalles provenant de la chartreuse du Val-Dieu, possédant des accotoirs sculptés de personnages et des miséricordes. Le retable et les autels latéraux sont contemporains de la réfection de l'édifice du 17e siècle.

Les murs sont en moellons de calcaire et de grès ferrugineux (roussard) couverts d'un enduit plein dégradé en pierre vue ou restauré (au niveau du pignon ouest). Les chaînages d'angle, les contreforts (5 au nord et au sud), la corniche en doucine, les encadrements des baies et les pierres de rive des pignons découverts sont en pierre de taille de calcaire, à l'exception de la partie basse de certains chaînages, de la porte principale et des contreforts en pierre de taille de grès roussard. Le toit est à longs pans et à croupes (au niveau des chapelles et de la sacristie) couvert en tuile plate. Le clocher, soutenu par une structure porteuse sur poteaux de bois, est composé d'un beffroi à huit faces et d'une flèche polygonale à égout retroussé couverts en ardoise.

Murscalcaire moellon enduit
grès moellon enduit
Toittuile plate, ardoise
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementsfausse voûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à longs pans croupe
flèche polygonale pignon découvert
État de conservationbon état

Une plaque commémorant la mort d'un curé est apposée sur le pignon ouest de l'église :

"CI DEVANT REPOSE LE CORPS DE ME JEAN DE LETANG, CURÉ DE LA VILLIERS, DÉCÉDÉ LE DOUZE MAY 1777 DANS LA CINQUANTE NEUFE ANNÉE DE SON ÂGE, APRÈS AVOIR GOUVERNÉ SA PAROISSE EN PAIX PENDANT VINGT DEUX ANS. Priez Dieu pour le repos de son âme"

Statut de la propriétépropriété de la commune
Sites de protectionparc naturel régional

Annexes

  • Les vitraux

    12 verrières ornent les baies de l'édifice (6 au nord, 6 au sud) :

    - Les 2 plus anciennes éclairent les bras de transept. Commandées en 1888 et 1903 par des paroissiens dont Félix Voisin, conseiller à la cour de Cassation, elles sont issues des ateliers Duhamel-Marette et Muraire, peintres-verriers à Évreux.

    - 4 verrières réalisées en 1924 ornent la nef. Parmi elles, une, commandée par le conseil municipal, commémore la première guerre mondiale. Les autres sont des commandes de paroissiens. Elles sont issues soit des ateliers Lorin de Chartres, soit du maître-verrier Henri Mazuet de Bayeux (d'après un tableau de Pierre Fritel).

    - Le groupe de 6 verrières du choeur est le plus récent. Commandé par le conseil municipal et plusieurs paroissiens dans les années 1950, les vitraux sont issus de l'atelier Loire de Chartres.

  • Description des blasons

    Famille Cébert : D'argent à un chevron d'azur accompagné en chef de deux palmes de sinople et en pointe d'un ananas du même.

    Famille Périer, seigneur de la Gallardière : De sable à un chevron d’argent chargé de trois roses de gueules et accompagné de trois croissants d’argent.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Villiers-sous-Mortagne. Projet de restauration de l'église.

  • AD Orne. O 735. Église.

Documents figurés
  • AD Orne. 3 P 2-507/1 à 3 P 2-507/8. Plans cadastraux de 1830.

Bibliographie
  • AUBERT, J. (abbé). Les églises de l'Orne et leurs oeuvres d'art. Lyon : Presses de Lescuyer, 1977.

    p. 247
  • SIGURET, Philippe. Trésors des églises du canton de Mortagne. Cahiers percherons, 1964, n°23.

    p. 37-39
(c) Région Normandie - Inventaire général (c) Région Normandie - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent
Maillard Florent

Chercheur associé au Parc naturel régional du Perche depuis 2011, en charge de l'architecture rurale du PNR.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.